Le meilleur moyen de préparer sa retraite de fonctionnaire : l’investissement locatif

investir dans le locatifVous vous le demandez peut-être : que faire pour préparer sa retraite ? Avez-vous déjà envisagé l’investissement locatif ?

L’immobilier reste attractif en 2018

Ce serait dommage de laisser dormir votre argent sur un compte épargne. Pourquoi donc ne pas investir ? En effet, tout comme en 2017, la pierre reste un bon investissement en 2018.

Peut-être avez-vous déjà investit dans l’immobilier en achetant votre résidence principale ? En effet, en tant que fonctionnaire, vous bénéficiez d’un statut attractif auprès des banques. Par ailleurs, les taux d’intérêt sont bas et incitent à investir.

Outre l’achat d’une résidence principale, vous pouvez également envisager de vous lancer dans le locatif. Les avantages sont bien sûr nombreux à condition de se former au préalable car, comme tout investissement, il ne faut pas acheter n’importe quel bien dans n’importe quelle ville.

Faut-il choisir la location meublée ou non meublée ?

La location meublée comporte de nombreux avantages. En effet, votre loyer sera plus élevé qu’en louant à vide. En outre, la fiscalité est plus attractive. Néanmoins, le turn-over peut être plus fréquent. Cependant, si vous avez un bon emplacement, vous ne serez pas affecté par une durée de vacance trop longue.

En outre, vous pouvez louer votre bien à un étudiant pour une durée de neuf mois. Puis, s’il souhaite résilier le bail de location, vous profitez de la location saisonnière à des tarifs intéressants durant les vacances d’été. Votre rentabilité sera donc plus attractive avec un logement meublé.

Quels sont les avantages de l’investissement locatif ?

Tout d’abord, il n’y a pas d’âge pour se lancer. Vous pouvez devenir propriétaire à 18 ans comme vous pouvez l’être à 50 ans. C’est l’avantage de l’investissement locatif car, même à 60 ans ou 70 ans, vous pouvez encore vous occupez de vos biens. Bien sûr, si vous faites de la location saisonnière, vous n’allez pas faire le ménage ou vous occupez du check-in, mais vous pouvez tout à fait déléguer certaines tâches. Par la suite, vous pouvez transmettre votre portefeuille immobilier à vos enfants ou vendre vos biens si tel est votre souhait.

Par ailleurs, en achetant un bien immobilier, vous allez prendre un prêt immobilier auprès de votre banque. Chaque mois, vous allez rembourser des mensualités pendant la durée de votre emprunt. Or, les loyers, que vous percevrez, peuvent vous permettre d’avoir un cashflow positif dès le premier mois. C’est un énorme avantage de la mise en location de votre bien. Ainsi, vous payez la mensualité de votre prêt tout en gagnant de l’argent et en préparant votre retraite. En outre, si votre bien est situé en centre-ville ou dans les quartiers très demandés, vous n’aurez pas de mal à trouver un locataire.

Location ou colocation ?

Tout dépend de la taille de votre bien immobilier. En outre, en fonction de la ville où vous investissez, vous allez cibler une certaine catégorie de locataires. S’il est assez grand, vous pouvez tout à fait décider de le louer à plusieurs locataires. En effet, la colocation est de plus intéressante pour les jeunes actifs et les étudiants qui, pour un prix moindre, bénéficient d’une surface d’habitation plus grande.

Par ailleurs, vous pouvez avoir du mal à louer une grande surface à une seule famille, si vous avez un bien dans les grandes villes comme Paris ou Lyon. La colocation permet de trouver rapidement des personnes intéressées mais aussi d’avoir une rentabilité plus attractive. En effet, pour un même bien, vous pouvez le louer à 500€ à un locataire ou décider de le louer à deux locataires pour 300€ par personne. Votre rentabilité augmente donc de 100€.

Si vous voulez approfondir, je vous recommande les articles suivants :

 

 

 

 

Laissez un commentaire Facebook !

Le programme Fonctionnaire & Entrepreneur

Formation Fonctionnaire et Entrepreneur

Nouveau Webinaire Immo

Webinaire Immo Belrix

Nouveau Webinaire Business

Webinaire Business Belrix

N'investit pas avant d'avoir vu çà

Ce cursus offert t'est proposé par mon mentor Belrix qui est maintenant indépendant financièrement notamment grâce à l'investissement locatif meublé.
En plus du guide, tu pourras avoir accès à des vidéos privées sur la location meublée courte et longue durée et beaucoup d'autres surprises
Clique sur l'image suivante pour t'inscrire.

Formation l'essentiel de l'investissement immobilier

Gardons le contact !

Fonctionnaire Investisseur
Restons en contact !


Inscrivez vous dans mes contacts privés et recevez en exclusivité par e-mail de nombreux astuces afin de mieux investir...
fermer la fenetre

Fonctionnaire Investisseur
Restons en contact !


Inscrivez vous dans mes contacts privés et recevez en exclusivité par e-mail de nombreux astuces afin de mieux investir...

5 réponses sur “Le meilleur moyen de préparer sa retraite de fonctionnaire : l’investissement locatif”

  1. Bonjour,
    Je lis votre blog avec intérêt depuis quelque temps, car je suis fonctionnaire (à temps plein) et je souhaite me lancer dans l’investissement locatif.
    J’ai actuellement un logement qui est en cours de compromis. Je vais le louer en meublé non professionnel.
    J’ai vu sur de nombreux sites internet que c’était donc à déclarer dans les BIC, aux impôts, jusqu’à 23 000 euros par an.
    Comme je fais de l’investissement pour gagner de l’argent (!), j’ai évidemment l’intention d’aller plus loin et, à terme, de gagner plus que 23 000 euros. Je devrai donc changer de régime fiscal. Autre problème, cela risquerait de correspondre à plus de la moitié de mes revenus de fonctionnaire. Je me pose alors la question du cumul d’activité. A-t-on le droit de posséder une dizaine de logements et d’en tirer de hauts revenus, tout en étant fonctionnaire ? Est-ce qu’on ne devient pas un loueur professionnel, pour le coup ?
    Et si on loue en « vide », y a-t-il également une limite à ne pas dépasser ?
    Merci d’avance pour les réponses que vous pourrez m’apporter 🙂
    Nolwenn

    1. Bonjour,

      T’inquiète pas il y a une tolérance sur le statut de LMNP pour le plafond.
      Dans les faits, c’est exactement les mêmes démarches que fera le comptable. Stéphane le prof d’EPS (http://fonctionnaire-investisseur.fr/stephane-prof-eps-investisseur/) dépasse largement le 23 K€ avec ses 18 biens… et il est en statut LMNP. La location a vide n’est vraiment pas intéressante… Après inscrit toi dans le cursus Immo gratuit http://www.mycatisrich.fr/lp-immoyt/ de Belrix et contact le directement pour avoir son avis et tant dire davantage. Il ne répond qu’à ceux qui sont au moins inscrit dans son cursus Offert… Bon courage

  2. Bonjour,

    Je suis un peu dans le même cas de figure: fonctionnaire à plein temps, je souhaite investir dans l’immobilier locatif et particulièrement dans la location meublée et ses variantes, colocation, et saisonnier.

    La loi de déontologie 2016, selon mon interprétation ( et hélas cela m’a été confirmé par ma gestionnaire RH au ministère à moins qu’elle ne soit dans l’erreur) pose une règlementation très stricte à un tel projet.

    Pour le meublé à l’année ou la colocation en statut LMNP, il faut faire une déclaration de début d’activité au greffe du tribunal de commerce, et s’inscrire au répertoire sirene de l’INSEE qui vous attribue un numéro de SIRET. Bien que cela ne soit pas une activité commerciale ( au contraire du saisonnier) cela reste une activité et non plus une simple fructification de patrimoine. La clé de l’interprétation, juste ou erronée, provient du Siret, car qui dit Siret dit entreprise ou société, et la loi déontologie est très claire là-dessus: demande de temps partiel et avis de la commission de déontologie pour toute création d’entreprise avec limite de 3 ans pour l’activité, après il faudra choisir.

    Pour moi le gros frein est la limite de 3 ans. En effet, imaginons que je dégage un bon cashflow en meublé, repasser en location nue par obligation au bout de 3 ans me ferait très certainement passer en cashflow négatif.

    Toutes les autres personnes à qui j’ai évoqué ce problème sont stupéfaites et donnent leur langue au chat.

    Que peut-on en conclure avec certitude?

    1. Bonjour Thomas,

      Si tu savais le nombre de fonctionnaire qui sont en LMNP depuis plus de 3 ans tout en dépassant le plafond.
      Je sais que tu veux être dans la légalité, mais le fait est que ce statut LMNP est batard même dans sa dénomination : « Louer Meublé NON Professionel » donc même si tu as un numéro de Siret tu n’es pas considéré comme une entreprise. Qui dit SIRET dans ce cas ne veut pas dire Entreprise… mais moyen pour ton employeur (l’état) d’être sûr de percevoir des impôts sur tes résultats de locations…
      Après ce n’est pas de ta faute si bloque, car nous voulons tous faire pour la plupart les choses dans les règles. Mais si le législateur se contredit comment faire ?
      Attendre et ne pas faire fructifier son patrimoine ?
      A très bientôt,

  3. Bonjour,
    Merci pour votre réponse.
    Je suis moi aussi assez inquiète à ce sujet. Je serais bien tentée de « tricher » et de m’asseoir sur l’interdiction de cumul, mais j’ai peur de me faire prendre. Les sanctions sont très lourdes et peuvent aller jusqu’à la révocation. Après, je me pose la question suivante : comment notre employeur public peut-il être au courant de cette seconde activité ? A moins d’une dénonciation… Qui viendrait d’où ? Du centre des impôts ? Celui-ci peut-il nous demander un justificatif d’autorisation de cumul ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.